(A Suivre)

Christine Ferniot

Tahiti version Pécherot

Ah, l’exotisme, les paréos, les vahinés, leur hanches ondulantes sous les fibres de palme ! Tout cela est décidément trop rare dans le polar bon teint. Et pourtant, sous le ciel toujours bleu de Tahiti, entre les pirogues et les colliers de fleurs pour adeptes du Club Med, on peut trouver de quoi s’angoisser un peu et mourir par excès de curiosité. Patrick Pécherot nous oblige à abandonner les blue lagoon et les parfums de Monoï pour plonger dans une piteuse histoire d’essais nucléaires qui ne laissent pas l’eau de l’atoll aussi propre qu’on veut le faire croire. Son héros est journaliste aux Nouvelles Dépêches. Ecrasé par ces paysages en technicolor, il soigne une douce névrose et cherche la petite bête avec ses amis bien informés. Quand un ancien prisonnier meurt mystérieusement, que la prison de l’île devient nerveuse, le reporter reprend du poil de la bête, histoire de se changer les idées. A fréquenter de près les médecins de l’hôpital, les officiels et même les flics, il apprendra beaucoup de secrets guère plus nets que les plages rongées par la radioactivité. Mais attention, pas touche à Mururoa sous peine de renvoi immédiat.

© Christine Ferniot, (A Suivre)